www.faune-lr.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Nos partenaires
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Brocatelle d'or 18-20
       - 
Empuse pennée 19-21
       - 
Lapin de garenne 19-21
       - 
Torcol fourmilier 2021
       - 
Azuré de la badasse 2021
       - 
Aurore 2021
       - 
Coucou gris 2021
       - 
Seps strié 19-21
       - 
Salamandre tachetée 2021
       - 
Busard cendré 2021
       - 
Tétrix déprimé 2021
       - 
Pyrgomorpha conica 2021
       - 
Tourterelle des bois 2021
       - 
Coucou geai 2021
       - 
Traquet oreillard 2021
       - 
Loriot d'Europe 2021
 - 
Les galeries
Informations & Statistiques
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Informations & FAQs
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
Synthèses naturalistes
 - 
Atlas des Oiseaux nicheurs du Languedoc-Roussillon
 - 
Listes communales
Utilisation du site
Validation des données
Aide à l'identification
Espace de publication
Conservation et protection
Union MERIDIONALIS
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 120
 
vendredi 9 avril 2021
Du neuf au menu de NaturaList !

La dernière mise à jour de NaturaList offre de nouvelles opportunités pour une utilisation plus fluide. Le menu général (bouton + en bas à droite) propose désormais un module de saisie dédié aux EPOC et, pour ceux qui y contribuent, à l’enquête LIMAT.

Si LIMAT et EPOC-ODF sont des protocoles particuliers, qui nécessitent une prise de contact avec les coordinateurs locaux de ces enquêtes, le module de saisie EPOC peut, quant à lui, être utilisé quand et où vous voulez.

Il permet de pointer toutes les observations effectuées sur un point fixe pendant cinq minutes. Trois nouveautés rendent ce mode de saisie plus rapide et plus facile à utiliser sur le terrain :

  • trois cercles concentriques de 50, 100 et 150 m de rayon facilitent le positionnement des données sur la carte ;
  • le téléphone vibre au bout de 5 minutes pour indiquer la fin du temps du point d’écoute ;
  • des icônes accélèrent la saisie des principaux codes de reproduction :

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/FauneFrance/FFnews/Coderognnumrot.PNG

Leur signification est la suivante :

  1. Mâle chanteur (ou cris de nidification) en période de reproduction ;
  2. Individu de sexe indéterminé ;
  3. Mâle (renseigne le détail de l’observation) ;
  4. Femelle (renseigne le détail de l’observation) ;
  5. Couple observé dans un habitat favorable durant la saison de reproduction ;
  6. Parades nuptiales ou accouplement ou échange de nourriture entre adultes ;
  7. Fréquentation d’un site de nid potentiel, distinct d'un site de repos ;
  8. Signes ou cris d’inquiétude d’un individu adulte ;
  9. Construction d’un nid, creusement d’une cavité ;
  10. Jeunes fraîchement envolés (espèces nidicoles) ou poussins (espèces nidifuges) ;
  11. Adulte entrant ou quittant un site de nid (incluant les nids situés trop haut ou les cavités et nichoirs, le contenu du nid n’ayant pu être examiné) ou adulte en train de couver ;
  12. Adulte transportant des sacs fécaux ou de la nourriture pour les jeunes ;
  13. Nid avec adulte vu couvant ou contenant des œufs.

Attention : pour les icones 5 et 6, ce sont les couples qui sont quantifiés et non les individus. Ainsi, un effectif de 1 se réfère à 1 couple et renseignera automatiquement 1 mâle et une femelle. Un effectif de 2 indiquera la présence de 2 mâles et 2 femelles.

N’oubliez pas d’enregistrer la trace. Cela permet de calculer la distance entre l’observateur et les oiseaux, un élément important pour les analyses statistiques des EPOC. Le Règlement général sur la protection des données personnelles impose votre accord pour collecter votre propre géolocalisation.

Enfin, depuis le début de l’année, 4 356 EPOC ont été effectuées en France. Bravo aux participants à ce programme et merci à tous ceux qui se lancent dans ce mode de collecte d’information, chaudement recommandé par Faune-France.  

Remarque : ce nouveau développement n'est pour le moment disponible que pour la version Android de NaturaList.

Remarque 2 : pour bénéficier du module de saisie EPOC, IL FAUT correctement paramétrer NaturaList avec une liste espèce "oiseaux" française (faune-paca, faune-france...) (dans menu Préférences puis Liste d'espèces).

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
vendredi 12 mars 2021
Oiseaux
C'est le printemps, participez au STOC, le suivi temporel des oiseaux communs !

Le STOC (suivi temporel des oiseaux communs) est un protocole de suivi qui se réalise annuellement au printemps et qui évalue l’évolution des effectifs des espèces d’oiseaux communs nicheurs.

Dix points d’écoute sont répartis dans un carré de 2km de côté. 5 min d’écoute sont consacrées à chaque point, durant lesquelles toutes les espèces et le nombre d’individus sont recensés.

Il est nécessaire de savoir reconnaître les oiseaux au chant et de disposer de quelques heures pour 2 matins de printemps : un entre le 1er avril et le 8 mai et un entre le 9 mai et le 15 juin (le suivi peut être plus tardif en montagne). Ce protocole est à répéter au même endroit chaque année.

Disponibles sur un large pas de temps (30 ans), les données du STOC permettent aux scientifiques de mettre à jour régulièrement l’état de santé des populations d’oiseaux communs grâce à l’étude de l’évolution de leurs populations. Cela permet d’adapter les mesures de préservation des espèces et peut influencer les prises de décisions à l’échelle du territoire.

Chaque année, nous recherchons des bénévoles pour nous appuyer dans ces suivis.

Cela vous intéresse ?

Nous vous invitons à prendre connaissance des documents ci-dessous et à nous contacter si vous souhaitez devenir « STOCeur » ou « STOCeuse » !

N’hésitez pas à prendre contact avec votre référent local pour plus d’informations :

 

Légende de l'image : Bruant zizi  © Mathieu Bourgeois (LPO Occitanie)

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
lundi 1 mars 2021
Reptiles
Tous les serpents enfin protégés en France !

Publié au Journal Officiel, l’arrêté fixant la liste des amphibiens et des reptiles protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection marque une avancée attendue en faveur de la protection de la biodiversité.

Une forte mobilisation collective a permis d’attirer l’attention du ministère de la Transition Écologique sur les carences de l'ancienne réglementation. Il était en effet inconcevable que les vipères, en déclin et vulnérables, ne bénéficient pas d'une protection stricte. Le collectif d’associations se félicite qu’un dialogue constructif ait pu être engagé et débouche à la protection de toutes les espèces de serpents.

Ce nouvel arrêté interdit de tuer ou maltraiter l’ensemble des serpents, dont les vipères. Toute personne outrepassant cette interdiction s’expose à deux ans d’emprisonnement et 150 000 € d’amende. Cela signifie également que leurs milieux de vie sont également préservés et qu’il faut désormais les prendre en compte dans l’aménagement de nos territoires.

[Plus d'info]

 

Légende de l'image : Vipère aspic, ici la sous-espèce zinnikeri  © Matthieu Vaslin (LPO Occitanie)

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
mercredi 24 février 2021
Oiseaux
STOC, SHOC, EPOC : un webinaire pour tout savoir des suivis d'oiseaux communs

La LPO et le MNHN organisent le webinaire « Suivi des Oiseaux communs », les 8 et 9 mars 2021 de 18h à 20h.

Par le biais d'interventions de coordinateurs nationaux et régionaux et de participants, ce webinaire présente les différents programmes de suivi de l’avifaune (STOC, STOM, SHOC, EPOC, Observatoire rapaces), mais aussi leur fonctionnement et leur complémentarité.

[Plus d'info]

[S’inscrire]

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
lundi 1 février 2021
Oiseaux
Oiseaux de France : abonnez-vous à la lettre d'info

La LPO, relayée par les associations ornithologiques locales, lance Oiseaux de France (ODF), le plus ambitieux projet de science participative en cours sur les oiseaux. Il s'agit de dresser le grand inventaire de l'avifaune française en période de nidification et d'hivernage, en métropole comme en outre-Mer. Une première !

Oiseaux de France est une vaste enquête, qui va mobiliser l’ensemble de la communauté des passionnés de nature jusqu’en 2025. Il s'agit de cartographier précisément la répartition de toutes les espèces de France en période de nidification et d'hivernage et, pour le maximum d’entre elles, de déterminer leur tendance d’évolution et d’évaluer leur effectif.

Dans l’attente de la mise en ligne du portail informatique dédié, prévue en mars 2021, nous vous proposons de vous abonner gratuitement à la lettre d’information « Oiseaux de France ». Six numéros sont prévus chaque année. Le premier paraîtra début février. Au programme :  

  • toutes les informations sur l'avancée du projet ODF,
  • les bilans et informations importantes sur les suivis nationaux,
  • des actualités nationales et internationales,
  • le calendrier des enquêtes,
  • des témoignages,
  • des tutos…

Pour s’abonner à la newsletter, cliquez sur l’image ci-dessous :

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/FauneFrance/FFAltasEnqutes/ODFlogonewsletter.png



Légende de l'image : le Calliste septicolore est un oiseau grégaire des forêts de l'intérieur de la Guyane. © Michel Clément avec l'aimable autorisation de l'auteur et du GEPOG

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
jeudi 7 janvier 2021
Oiseaux
Milan royal : comptage européen des hivernants les 9 et 10 Janvier 2021

Le Milan royal, une espèce vulnérable

La France accueille un nombre important de Milan royaux hivernant, originaires du Nord-est de l’Europe. En hiver, à la tombée de la nuit, ils se réunissent sous forme de dortoirs pouvant regrouper des dizaines, voire des centaines d’individus !

Le Milan royal est présent uniquement en Europe. L’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Espagne, la France, la Suisse et la Suède abritent 93 % de la population nicheuse mondiale. Régulièrement victime de persécutions et d’empoisonnements en particulier, le Milan royal a subi des déclins majeurs dans plusieurs pays d’Europe et en France notamment. Aujourd’hui, il demeure vulnérable en France.

Un comptage dans quel but ?

Les 9 et 10 janvier 2021, c’est toute l’Europe qui sera mobilisée pour recenser leurs effectifs : la France, la Suisse, l’Espagne, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Autriche, le Luxembourg, la Slovaquie, le Danemark, la République Tchèque, la Belgique, la Suède. Ces données permettent de suivre l’évolution des effectifs et la répartition des hivernants.

Comment participer ?

Nul besoin d’être expert pour participer à cette opération, tous les volontaires désirant contribuer à l’amélioration des connaissances et à la sauvegarde du Milan royal sont les bienvenus. Pour cela, vérifiez que l'espèce hiverne bien dans votre département (carte des données de janvier 2020 ci-dessous) et contactez le réseau Milan royal de la LPO France (johanna.manteau@lpo.fr et fabienne.david@lpo.fr) ou votre association locale de protection de la nature.

Vos observations sont à saisir sur Faune-France, les sites VisioNature locaux ou via l’application gratuite NaturaList.

En janvier 2020, 14 487 individus réunis dans 237 dortoirs avaient été recensés sur le territoire, marquant ainsi un nouveau record ! Qu’en sera-t-il cette année ?

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/FauneFrance/FFnews/MilmilCarte2020.JPG

Légende la photo : Milans royaux © Romain Riols

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
mercredi 28 octobre 2020
Diptères
Défi naturaliste pour Halloween : la « mouche à tête de citrouille »

Défi naturaliste pour Halloween : D’octobre à mars, venu le froid de l’hiver, dans les orbites d’un vieux cadavre, saurez-vous trouver la « mouche à tête de citrouille », Thyreophora cynophila ?

L’extinction d’espèces est un signal funeste. Pour autant, il arrive que des espèces considérées éteintes "ressuscitent". C’est le cas de la mouche à tête orange, Thyreophora cynophila. Cette mouche qui ne vole qu’en hiver autour des gros cadavres a disparu pendant plus d’un siècle et demi des registres entomologiques avant d’être redécouverte en Espagne (1) puis en France (2). Les observations produites l’an dernier grâce à Faune France et d’autres réseaux d’observateurs confirment qu’elle est encore présente dans les Pyrénées (3). Son aire de répartition est-elle réduite à ce massif ou est-elle présente aussi dans le Massif central, les Alpes, les Vosges, le Jura voir ailleurs ? Votre attention de naturaliste, randonneur, éleveur, chasseur, forestier peut répondre à cette question. Cet hiver, si vous trouvez une carcasse, examinez la et photographiez les mouches pour saisir votre donnée dans Faune France ou la faire parvenir à laurent.pelozuelo@univ-tlse3.fr

Action de l’inventaire national du patrimoine naturel soutenue par l’UMS Patrimoine Naturel, l'Office Français de la Biodiversité, le Centre National de la Recherche Scientifique, le Muséum National d’Histoire Naturelle.

(1) Martin-Vega et al. 2010. Back from the dead: T. cynophila 'globally extinct' fugitive in Spain. Systematic Entomology. Carles-Tolrá et al. T. cynophila collected in Spain 160 years after it was thought to be extinct. (2) Leal et al. 2020. Back from the dead II: T. cynophila resurfaces in France after a 183-year-long absence. Annales de la Société Entomologique de France. (3) Azemar et al. 2020. Breaking the silence: how shedding light on the bone-skipper fly T. cynophila demonstrated it still has a large distribution area in the Pyrenees mountains, France. Biodiversity Data Journal.




 

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
vendredi 24 juillet 2020
Oiseaux
Passage postnuptial de Pies-grièches à poitrine rose en France : soyez attentifs

Avec un seul mâle cantonné détecté en 2020, la population française de Pie-grièche à poitrine rose est malheureusement en train de vivre son épilogue dans notre pays.

 En revanche, les efforts de renforcement de population déployés en Catalogne depuis plus de 10 ans par nos collègues de l'association Trenca permettent encore à cette espèce de compter quelques couples reproducteurs dans la péninsule. En effet, chaque année, entre 50 et 100 juvéniles de cette espèce sont relâchés dans les secteurs historiques de présence de l'espèce en Catalogne. Presque tous les individus ibériques sont désormais bagués et tous les jeunes relâchés ont également une baguage couleur.

 Depuis le début des opérations de renforcement en Espagne, nous avons eu connaissance de 3 données d'oiseaux ibériques bagués qui ont été observés en passage en France le long de la côte.

 Ainsi, à partir de maintenant et jusqu'en septembre inclus, soyez vigilants, car près d'une centaine d'oiseaux bagués vont tenter de rejoindre leurs quartiers d'hivernage en Afrique Australe et vont certainement emprunter une voie migratoire qui passe par nos côtes. Le plus probable est de capter ces oiseaux sur nos zones humides (Exemple de l'étang de Canet Roussillon en 2015 et 2017).

 Soyez attentifs, car chez les jeunes de cette espèce, il peut y avoir une confusion avec la Pie-grièche méridionale et la Pie-grièche grise, mais chez la poitrine rose juvénile, le manteau et la calotte sont légèrement rayés (voir photo).

 Alors à vos jumelles et longue-vue, n'hésitez pas à faire remonter vos observations sur Faune en étant attentif à la présence de bagues sur ces oiseaux et si possible; en essayant de prendre des photos.

 Bonnes observations !"

Légende de l'image : jeune Pie-grièche à poitrine rose © René Dumoulin.

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
lundi 20 juillet 2020
La nature pyrénéenne à l'honneur : le projet FAUNAPYR

FAUNAPYR est un projet européen (POCTEFA), qui contribue à la protection des écosystèmes transfrontaliers à travers l’amélioration des connaissances de la répartition des espèces de la faune pyrénéenne.

Un nouvel outil de visualisation, connecté à plusieurs bases de données, dont Faune-France, permet d'explorer les informations collectées en Espagne, en Andorre et en France. Il est possible d’interroger la carte pour obtenir des informations sur la répartition des espèces, la richesse biologique ou l’état de connaissance des sites.

Parallèlement, les partenaires associés au projet lancent un Bioblitz sur l’ensemble de la chaîne pyrénéenne. Vous êtes invité à y prendre part entre les 20/07 et 02/08/2020 en transmettant toutes vos observations sur Faune-Occitanie ou NaturaList en les identifiant à l’aide du code étude #Faunapyr.

Légende de l'image : lien entre Atlantique et Méditerranée, les Pyrénées constituent un des principaux points chauds de biodiversité européenne © Philippe Jourde

Le projet FAUNAPYR bénéficie du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER).

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/FauneFrance/FFnews/logo-interreg-poctefa-CMYK.jpg

 

 

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
jeudi 16 juillet 2020
Mammifères
Mission hérisson, c'est parti !

La Mission hérisson, opérationnelle dès ce 16 juillet, est un observatoire au long cours. Il s'agit d'une enquête de science participative dont le succès repose sur la contribution du plus grand nombre d'enquêteurs possible. N'hésitez-pas à vous en faire les ambassadeurs et à en parler autour de vous.

Objectifs ?

La Mission hérisson vise à dresser la carte détaillée de l'espèce, déterminer sa tendance d'évolution et, si les données sont suffisamment abondantes, étudier les variations de densité selon les régions et les habitats, voire tenter d'évaluer l'effectif de la population nationale

Tous ces éléments sont importants pour connaître l'état de santé d'un petit mammifère, dont le déclin est évident dans certaines régions mais hélas non documenté.

Matériel nécessaire ?

Pour participer, il faut s’équiper d’un tunnel à empreintes. Ce petit dispositif est facile à construire. Le site de Mission hérisson propose des plans précis à respecter absolument pour que les données collectées puissent être comparées. Il est aussi possible de se procurer un kit d'enquête déjà tout prêt.

Un appareil photo numérique, un smartphone, un scanner ou une photocopieuse vous permettront de numériser les relevés d'empreintes et de les poster sur le site national. Pas besoin d'avoir une grande définition.

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/FauneFrance/FFnews/TunnelempreintesAntoineMEUNIER.jpg

Kit "Mission hérisson". © Antoine Meunier.

Temps nécessaire à la mission ?

Chaque session d'enquête dure 5 nuits consécutives. Les indices de présence doivent être relevés chaque matin. Cela prend quelques secondes. Les données peuvent être transmises en quelques minutes.

On peut effectuer plusieurs sessions d'enquête chaque année, en un même lieu ou dans des habitats différents et nous vous invitons à renouveler l'opération chaque année.

Comment procéder ?

Après avoir positionné le tunnel (fixé avec des sardines s'il est léger), il convient de l'appâter avec quelques croquettes, d'enduire les tampons d'encre naturelle faite à base de charbon et l‘huile végétale et de disposer deux feuilles de papier à chaque entrée du tunnel.

A partir de là, tout petit gourmand ou tout petit curieux laissera la trace de son passage. Dès lors, vous allez pouvoir jouer les inspecteurs et déterminer quelle espèce a emprunté votre tunnel. En cas de doute, la communauté des experts de la mission, vous aidera dans vos déterminations.

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/FauneFrance/FFnews/Empreinteshrissonlite.jpg

Pour transmettre vos observations, pas besoin de saisie compliquée. Il suffit de faire un cliché des pages d'empreintes et de les poster sur le site missionherisson.org, développé en partenariat avec Mosaic, centre de compétence du Muséum national d'Histoire naturelle et de l'Université de la Sorbonne.

Quand ?

Quand vous le souhaitez, mais un délai de six semaines doit être respecté si vous souhaitez renouveler une session d'enquête sur un même site. Durant cette période, n'hésitez pas à positionner votre tunnel ailleurs ou à le prêter à vos proches pour que d'autres relevés soient effectués.

Où ?

Partout où vous voulez, dans le respect des règles de propriété privée. Cela peut-être votre jardin, celui de vos proches, une haie près de chez vous, le site de vos vacances, votre petit coin de nature privilégié...

Petit conseil : disposez le tunnel le long d'une structure linaire comme une haie, un muret ou un alignement de buissons.

Rendez-vous sur le missionherisson.org

Pour découvrir comment obtenir ou construire un tunnel à empreintes, tout savoir sur le hérisson, comment contribuer à l'enquête, transmettre vos observations et bien plus encore, rendez-vous sur le site de l’enquête : https://missionherisson.org

Contact : mission.herisson@lpo.fr

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/FauneFrance/FFnews/EnquteHZ.png

posté par Faune-Lr Meridionalis
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 120

MERIDIONALIS - Union des associations naturalistes du Languedoc-Roussillon
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2021