www.faune-lr.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Nos partenaires
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Pouillot fitis 2019
       - 
Milan noir 2019
       - 
Hirondelle de rochers 18-19
       - 
Milan royal 18-19
       - 
Petit-duc scops 2019
       - 
Belette d'Europe 2019
       - 
Tarente de Maurétanie 2019
       - 
Cigogne blanche 2019
       - 
Grue cendrée 2019
       - 
Fauvette pitchou 18-19
       - 
Cigogne noire 2019
       - 
Aïolope automnale 2019
       - 
Bec-croisé des sapins 2019
       - 
Coucou geai 2019
       - 
Vautour fauve 2019
       - 
Pouillot véloce 2019
       - 
Circaète Jean-le-Blanc 2019
       - 
Hirondelle de fenêtre 2019
 - 
Les galeries
Informations & Statistiques
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Informations & FAQs
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
Synthèses naturalistes
 - 
Atlas des Oiseaux nicheurs du Languedoc-Roussillon
 - 
Listes communales
Utilisation du site
Validation des données
Aide à l'identification
Espace de publication
Conservation et protection
Union MERIDIONALIS
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 91
 
jeudi 7 mars 2019
Saisie par listes complètes & EPOC : un plus pour la science !

Qu'est-ce qu'une liste complète ?

Une liste complète est une liste contenant toutes les espèces que vous avez identifiées en un lieu et une période donnés (par exemple, pendant une demi-heure d'observation).

Il ne s’agit pas d’inventorier toutes les espèces présentes sur votre site d’observation (ce serait très difficile) mais bien de noter celles que vous avez été capable d’identifier. C’est la liste complète de ce que vous avez observé et déterminé.

Pourquoi les listes complètes sont-elles précieuses ?

En France, notre méthode actuelle de saisie des données naturalistes nous permet de bien appréhender les variations de répartition des espèces mais pas d’estimer leurs populations ou d’évaluer finement leurs tendances. En effet, contrairement aux données isolées, les listes complètes non seulement nous renseignent sur les espèces observées à un endroit et à un moment précis, mais également sur celles qui n’ont pas été détectées. Grâce à cela, nous pouvons établir la fréquence relative d’apparition dans l’espace et dans le temps des différentes espèces d’oiseaux et étudier très précisément leur phénologie. En outre, les listes apportent de précieux éléments sur la pression d’observation (le temps passé à prospecter, élément de connaissance décisif pour analyser les données).

Comment procéder ?

 

 

Comment pouvez-vous donner encore plus de valeur à vos listes complètes ?

  • Un lieu, une liste : Faites des listes à partir d'un seul point ou si vous vous déplacez de moins d’1 km. Au-delà, il vaut mieux faire plusieurs listes consécutives. Attention, ne pas faire de listes lors de vos déplacements en vélo, en voiture ou en train ! Si vous faites une longue marche, divisez-la en petites sections (<1 km) et dressez une liste dans chaque section, ou de temps en temps à l’occasion de petites pauses.
  • Le plus possible : Faites des listes aussi souvent que vous le pouvez ! Une liste de 10 minutes est parfaite, jusqu’à une ou deux heures. Au-delà il est préférable de faire des listes consécutives.
  • Quantifier, la clé du succès : Il faut indiquer le nombre d'individus de chaque espèce que vous avez détectée. Il convient ici de noter un chiffre réel de contact, même s’il y a évidemment bien plus d’oiseaux que ce que vous avez vu. Cela n’est pas grave.
  • Toutes les semaines ? Il est très intéressant de faire des listes au même endroit tout au long de l'année. Par exemple, faites une liste hebdomadaire de votre site d’observation préféré.
  • Partout : Essayez de créer des listes partout où vous allez. Disposer d’une bonne couverture géographique est très important pour pouvoir analyser les données !
  • Convaincre : Si vous avez des amis qui ne font toujours pas de listes complètes, expliquez-leur pourquoi elles sont si utiles et expliquez-leur à quel point il est facile de les créer. Plus les observateurs qui en fournissent sont nombreux, plus elles prennent de la valeur et renforcent l’intérêt des vôtres.

L'EPOC, une liste complète de 5 minutes !

Les oiseaux communs subissent un déclin dramatique et constant. En France, notre méthode actuelle de saisie des données naturalistes nous permet de bien appréhender les variations de répartition des espèces mais pas d’estimer leurs populations ou d’évaluer finement leurs tendances. Pourtant, nous avons besoin de ces informations pour alerter la société et mener des actions de conservation efficaces.

Le programme EPOC (Estimation des Populations d’Oiseaux Communs), qui vient en complément du célèbre programme STOC, vise à répondre à cette lacune.

Si vous savez identifier les oiseaux les plus communs en visuel et à l’oreille, vous pouvez y contribuer activement. Pour savoir comment procéder, il vous suffit de visionner cette courte vidéo : https://youtu.be/f1WfqqAq-PY

 

En conclusion, si vous avez un point d'observation favoris ? Pourquoi ne pas y faire une liste complète ou un EPOC à chacune de vos sorties, plutôt que de noter isolément toutes vos observations !

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
mercredi 27 février 2019
2ème rencontre des observateurs de l’Hérault

 Samedi 2 mars 2019 à Palavas-les-Flots et Lattes à partir de 10 h.

http://files.biolovision.net/www.faune-lr.org/userfiles/Publications/News/visuel2e-rencontre-faunelr34.jpg

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
mardi 18 décembre 2018
Oiseaux
Programme de baguage couleur sur la Mésange Charbonnière

Dans le cadre d’une étude sur la Mésange charbonnière (Parus major) menée au Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (UMR 5175), un projet de baguage couleur (en collaboration avec le CRBPO) est mis en place depuis le printemps 2018 sur l’agglomération Montpelliéraine. Il vise à contrôler la fidélité des sites de nidification, à documenter les mouvements de dispersion et à connaitre l’utilisation d’un gradient de l’espace urbain par cette espèce.

Cette étude est effectuée sur différents secteurs de Montpellier :

  • La mosson,
  • Le zoo du lunaret
  • La croix d’argent
  • La Fac de sciences
  • Le jardin botanique
  • A proximité d’Odysseum
  • La martelle

Ainsi que dans la forêt de Montarnaud (34).

A ce jour, 161 oiseaux ont été équipés d’une bague blanche de type Darvic comportant un code alpha-numérique (voir photo).

De nombreuses mangeoires sont installées chaque hiver en zones urbaines et sont fortement susceptibles d’accueillir l’un de ces oiseaux. Les personnes qui effectuent des observations de Mésange charbonnière sont invitées à porter une attention particulière à la présence de ces bagues colorées et à indiquer leurs lectures par maill : christophe.defranceschi@cefe.cnrs.fr.

Bonnes observations,

Christophe de Franceschi

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
vendredi 14 décembre 2018
Oiseaux
Programme de baguage du Pipit de Richard

 Dans le cadre d’une étude sur l’évolution des voies migratoires chez le Pipit de Richard Anthus richardi, un projet de baguage couleur (en collaboration avec le CRBPO) est mis en place à partir de cet hiver sur plusieurs sites du littoral méditerranéen. Il vise à contrôler la fidélité des sites d’hivernage, à documenter la durée de stationnement individuel et à mettre en évidence la stabilité d’une nouvelle voie de migration pour l’espèce.  
 
Cette étude est effectuée sur :  
-    l’ancien hippodrome d’Alenya (Pyrénées-Orientales),
-    le mas Chauvet en plaine de Crau (Bouches-du-Rhône)  
-    la base nature de Fréjus (Var)


Ces sites ont été choisis préférentiellement car ils accueillent depuis plusieurs années de nombreux individus pendant la période hivernale. A ce jour, 20 oiseaux ont été équipés d’une bague blanche de type Darvic comportant un code alpha-numérique (voir photo).
 
Si des oiseaux sont ré-observés d’une année sur l’autre, un suivi par géo-localisateurs sera envisagé afin de déterminer où se reproduisent ces oiseaux. Ainsi avec l’ensemble de ces éléments, nous essaierons de comprendre¬ pourquoi une espèce, qui nichent dans les steppes d’Asie orientale et qui hivernent normalement en Inde et Asie du sud-est, semble avoir modifié en partie ses voies de migration pour parcourir davantage de kilomètres et venir passer l’hiver dans le sud de l’Europe et le nord du Maghreb.
 
Nous avons remarqué que de nombreux observateurs se rendent chaque année sur ces sites afin d’observer les pipits, nous les invitons donc à porter une attention particulière à la présence de ces bagues colorées et à indiquer leurs lectures en remarque de leurs observations ainsi qu’en nous les envoyant par mail (paul.dufour80@gmail.com). De plus, il est fort probable que d’autres Pipits de Richard passent l’hiver entre ces sites ; si vous cherchez spécifiquement l’espèce cela nous serait également d’une grande aide de savoir si l’espèce est présente ou non en dehors des secteurs habituels.  
 
Bonnes observations à tous et à toutes

Paul Dufour

 

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
lundi 22 octobre 2018
Odonates
Liste Rouge des Odonates d’Occitanie

Ce travail d’évaluation des Odonates d’Occitanie a été réalisé à partir de près de 150 000 données, dont 86% concernent la période 2007-2017. Elles sont issues des bases de données des structures coordinatrices du projet (CEN Midi-Pyrénées, CEN Languedoc-Roussillon et OPIE) mais également des différents partenaires dont Faune-LR.

Sympétrum noir - Sympetrum danae (photo de François Legendre issu de www.faune-lr.org)

79 espèces et 11 sous-espèces d’Odonates sont citées d’Occitanie. Deux espèces dont la présence est douteuse dans la région n’ont pas été soumises à la méthodologie UICN et quatre autres n’ont pas été évaluées et ont été placées dans la catégorie «Non-applicable».

In fine, 73 espèces ont été évaluées selon les critères méthodologiques Liste Rouge de l’UICN. Parmi elles, 17 espèces (soit 23%) sont considérées comme menacées d’extinction (catégories CR, EN et VU) en Occitanie auxquelles s’ajoutent 11 espèces classées en catégorie Quasi-menacée (NT). Ce sont donc 28 espèces (soit 38%) d’Odonates d’Occitanie qui sont considérées comme menacées ou quasi-menacées.

Consulter le rapport complet en pdf

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
jeudi 30 août 2018
Reptiles
Quand la couleuvre à collier se diversifie...

Avec l'avancée des connaissances, notamment du fait des progrès de la génétique, la science appréhende toujours plus finement la complexité du vivant.

Les reptiles et amphibiens d'Europe font actuellement l'objet de nombreux travaux, qui se traduisent par quelques changements de perspective. Ainsi, le Crapaud commun a été récemment divisé en deux espèces, les Crapauds commun, présent dans le nord-est de la France, et épineux, dans le sud-ouest. Nous avons répercuté ce changement dans Faune-LR depuis quelques temps déjà.

La couleuvre à collier, elle aussi, a fait l'objet d'une profonde révision de son statut. Elle a été divisée en plusieurs espèces distinctes : 

- La Couleuvre à collier Natrix natrix, vit au-delà du Rhin et en Europe du Nord. Elle n'est à priori pas présente en France. Elle est qualifiée de Couleuvre à collier nordique ;

- La Couleuvre helvétique Natrix helvetica est l'espèce la plus abondante et la mieux répartie en France ; de façon transitoire, elle sera dénommée Couleuvre à collier helvétique sur Faune-France pour que la transition du nom soit progressive. Le changement automatique de nom se fera dans les prochains jours pour les données d'archive.

Couleuvre à collier helvétique (photo de Rémi Destre issue de Faune-LR)

Couleuvre à collier helvétique (photo de Rémi Destre issue de Faune-LR)

- La sous-espèce corse de la Couleuvre helvétique Natrix helvetica corsa n'a pas encore de nom vernaculaire officiel. Elle est temporairement dénommée Couleuvre à collier corse. Nous avons déjà procédé au changement de nom.

- La Couleuvre à collier de la péninsule Ibérique, aussi présente dans les Pyrénées-Orientales et l'Aude a été élevée au rang d'espèce. Elle s'appelle désormais la Couleuvre astreptophore Natrix astreptophora. Nous l'appellerons, de façon transitoire, Couleuvre à collier astreptophore.

Deux autres reptiles font peau neuve

- Le Lézard vert a été divisé lui aussi en deux espèces, il y a déjà plusieurs années. Lacerta bilineata qualifié jusqu'ici de Lézard vert occidental doit désormais être qualifié de Lézard à deux raies.

- La Couleuvre à échelon est désormais intégrée au genre Zamenis et devient donc Zamenis scalaris.

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
mercredi 18 juillet 2018
Oiseaux
Ornitho-66 change d’adresse

Ornitho-66, le site internet dédié à l’avifaune du département des Pyrénées-Orientales change d’adresse suite à un changement imposé d’hébergeur : l’URL du site est désormais http://ornitho-66.com

N’hésitez pas à y faire un tour!

Et si vous souhaitez recevoir les messages d’information publiés régulièrement par ce site, vous pouvez y créer un compte !

André LABETAA, Jacques DALMAU, Jacques FEIJOO

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
lundi 9 juillet 2018
Oiseaux
Le 16 juillet : coup d'envoi de la saison de migration au Roc de Conilhac !

Depuis 2007, la LPO Aude organise un suivi de la migration postnuptiale au Roc de Conilhac à Gruissan/Narbonne. Le suivi sera assuré du 16 juillet au 15 novembre  par des membres de l'équipe de spotteurs composée d'Anthony Chaillou et Florian Escot et on l’espère de nombreux bénévoles !

Nous vous invitons dès à présent à participer pour profiter du spectacle qu’offre la migration lorsque qu’un vent de Nord-Ouest (la Tramontane) souffle sur Gruissan.

Vous retrouverez les résultats des comptages au jour le jour sur Faune LR et Migraction. 

Ce suivi est le fruit d’un parteneriat entre la LPO, la commune de Gruissan et le département de l’Aude. La réussite de ce suivi passe par votre implication et votre présence sur le Roc.

Pour plus d’informations : LPO Aude 04.68.49.12.12 ou anthony.chaillou.aude@lpo.fr

 A bientôt sur le Roc !

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
mardi 12 juin 2018
Fonds cartographiques

La toute récente annonce de Google, informant ses utilisateurs du caractère désormais payant de son interface de programmation vers Google Earth et Google Maps, a des conséquences importantes sur les outils VisioNature.

L'équipe de Biolovision et l'ensemble des partenaires européen du dispositif VisioNature travaillent activement à trouver des solutions alternatives. Dans un premier temps, les cartes OpenStreetMaps et Orthopohoro 5m (IGN) serviront de nouveau support cartographique.

L'équipe Faune-LR

posté par Faune-Lr Meridionalis
 
lundi 11 juin 2018
Papillons de jour
Enquête nationale sur les observateurs de papillons

Observateurs de papillons, contribuez à la science... Enquête en ligne

Le Muséum d'histoire naturelle étudie dans le cadre d'une thèse de doctorat, les pratiques d’engagement des naturalistes amateurs dans la production de données sur la biodiversité, en particulier concernant les papillons.

Dans ce cadre, un questionnaire vous est proposé, si vou ssouhaitez contribiuer bénévolement à cette étude.

L'objectif de ce questionnaire est d'avoir une meilleure idée de la diversité des profils et des pratiques d'observation parmi les naturalistes qui s'intéressent aux papillons.

Vous la trouverez ci-dessous :

https://apps.mnhn.fr/enquetes/index.php/988185?lang=fr

Merci d'avance pour votre participation !

---

Pour toute question : emmanuel.charonnet@mnhn.fr

posté par Faune-Lr Meridionalis
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 91

MERIDIONALIS - Union des associations naturalistes du Languedoc-Roussillon
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2019