www.faune-lr.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Nos partenaires
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Hermine 15-17
       - 
Mésange bleue 2017
       - 
Grosbec casse-noyaux 2017
       - 
Mésange noire 2017
       - 
Oedipode grenadine (A. i. insubricus) 2017
       - 
Aïolope automnale 2017
       - 
Vulcain 2017
       - 
Pinson du Nord 2017
       - 
Grue cendrée 2017
       - 
Huppe fasciée 2017
       - 
Tarin des aulnes 2017
       - 
Grive mauvis 2017
       - 
Grive litorne 2017
       - 
Gallinule poule-d'eau 2017
 - 
Les galeries
Informations & Statistiques
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Informations & FAQs
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
Synthèses naturalistes
 - 
Atlas des Oiseaux nicheurs du Languedoc-Roussillon
 - 
Listes communales
Utilisation du site
Aide à l'identification
Espace de publication
Conservation et protection
  Plans Nationaux d'Actions
    - 
PNA Outarde canepetière
    - 
PNA Butor étoilé
    - 
PNA Percnoptère d'Egypte
    - 
PNA Loutre d'Europe
  Actions de protection
Union MERIDIONALIS
Les liens

PNA Loutre d'Europe

Mise en oeuvre en Languedoc-Roussillon du PNA

Loutre d’Europe (Lutra lutra) - 2012

 

Contexte et description du projet

En Europe, la Loutre était autrefois répandue et commune sur presque tout le continent, depuis les rives de la Méditerranée jusqu’au Cap Nord. Dès la fin du XIXème siècle dans certaines régions, et plus généralement dans la seconde moitié du XXème siècle, les populations du mustélidé ont accusé un déclin spectaculaire dans presque tous les pays, conduisant à une importante contraction et fragmentation de son aire de distribution. Actuellement l’espèce peut être considérée comme éteinte aux Pays-Bas, en Suisse, en Andorre et au Luxembourg et est au seuil de l’extinction en Belgique et en Italie.

En France, au début des années 1980, seulement une douzaine de départements, sur la façade atlantique et dans le Limousin, semblaient encore abriter des populations viables du mustélidé. On estimait alors que moins de 1 000 loutres subsistaient sur le territoire national.

A partir du milieu des années 1980, une amélioration du statut de l’espèce est constatée et un mouvement d’expansion est observé en Bretagne et en marge du Massif Central y compris dans le bassin Rhône Méditerranée où la recolonisation des Gardons cévenols a été bien suivi sur le territoire du Parc national des Cévennes. Bien que moins documentée, cette évolution favorable semble également concerner le massif pyrénéen. Dans la région des Pays de la Loire en revanche, le suivi de sites témoins a montré la régression continue de l’espèce entre 1984 et 1991.

Bien que le statut de la Loutre ne soit plus considéré comme préoccupant en France selon la dernière Liste rouge des Mammifères de France (Comité français de l’UICN / MNHN, 2009), le mustélidé reste toujours en Europe un mammifère « quasi menacé » d’extinction (Temple & Terry, 2007). Au vu de sa situation centrale en Europe occidentale, la France a un rôle déterminant dans la reconquête de ses anciens territoires, pour cinq pays limitrophes. C’est sans doute également pour cette raison que l’espèce fait l’objet d’un plan national d’actions dontl’application régionale en Languedoc-Roussillon a été lancée pendant été 2011.

Animé par l’Union Meridionalis et l’ALEPE, et bénéficiant d’un soutien financier de la part de l’Etat, de la Région et de l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, le travail a déjà permis de dresser un état des lieux de la répartition de l’espèce en L-R à travers la collecte et la centralisation des données existantes. Une première phase de prospection ciblée, pour laquelle de nombreux observateurs bénévoles ont été formés, a également été lancée.

L’année 2012 sera alors l’occasion de poursuivre les efforts en termes d’inventaire et de mise à jour continue de la cartographie régionale. Les informations relatives à la répartition de la Loutre et le progrès de son expansion seront par la suite confrontées à des nombreuses données concernant les activités humaines et l’aménagement du territoire. Il s’agira d’identifier des zones sensibles pour la cohabitation entre l’espèce et les activités telles la pêche, les loisirs de pleine nature ou le trafic routier.

Les analyses cartographiques permettront également d’évaluer et d’optimiser la prise en compte de la Loutre dans les politiques de protection et de conservation de l’environnement (sites Natura 2000, réserves naturelles …). Enfin, les opérateurs du programme entameront un travail de valorisation de l’enquête, de communication et de sensibilisation auprès des utilisateurs de l’espace et du grand public en Languedoc-Roussillon.

 

Actions et objectifs

Réaliser un bilan et une synthèse cartographique des données existantes afin d’établir un état des lieux de la répartition de la Loutre en Languedoc-Roussillon ; Préciser les limites du front de colonisation de l’espèce.

Définir une méthode d’échantillonnage et un réseau de points de suivi, notamment en marge de l’aire de présence actuelle de l’espèce afin de suivre la progression du front de colonisation.

Former des bénévoles et créer, structurer et animer un réseau régional d’observateurs.

Assurer le contrôle des points de suivi et organiser le suivi à plus long terme.

Mettre à jour la cartographie de la répartition régionale de l’espèce en fonction du résultat des prospections.

Identifier des zones sensibles pour la cohabitation entre la Loutre et les activités humaines en termes de mortalité accidentelle (ouvrages routiers) ; Recenser les collisions et mettre en œuvre un réseau pour la collecte et la valorisation des cadavres.

Identifier des zones sensibles en termes de dérangement de l’espèce (activités de pleine nature) et de compétition (pisciculture, pêche).

Recenser les structures gestionnaires des milieux aquatiques concernées par la présence de l’espèce (actuellement ou dans un proche avenir) ; Les associer aux actions de formation, de prospection et de suivi de l’espèce.

Sensibiliser les usagers et le grand public et développer des supports de communication et des programmes d’éducation relatifs à la Loutre d’Europe en Languedoc-Roussillon.

Coordination et suivi administratif et financier.

 

Lieu de réalisation

5 départements de la région Languedoc-Roussillon : Lozère (48), Gard (30), Hérault (34), Aude (11) et Pyrénées Orientales (66).

 

Coordination et partenaires associés

Coordination générale : Meridionalis

Coordination technique : Fabien SANE (ALEPE)

Opérateurs :

5 Associations membres de l’Union Meridionalis : ALEPE (Association Lozérienne pour l’Etude et la Protection de l’Environnement), COGard (Centre Ornithologique du Gard), GOR (Groupe Ornithologique du Roussillon), LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) de l’Aude et de l’Hérault

& AUDE-CLAIRE, CEFE-EPHE, Tour du Valat.

 

Bénéficiaires de l’action

Gestionnaires de milieux et de sites protégés.

Acteurs locaux (pécheurs, élus et techniciens) et professionnels des activités de pleine nature.

Agents des institutions publiques exerçant des missions d’instruction (prise en compte de la présence de l’espèce dans les politiques publiques).


MERIDIONALIS - Union des associations naturalistes du Languedoc-Roussillon
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017